PUBLICATION Les Peintres de la première guerre mondiale.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage suivant, qui a bénéficié du soutien du CREA :


Les Peintres de la première guerre mondiale. Artistes, puissance publique et construction de la mémoire, dir. Anne-Pascale Bruneau-Rumsey & Séverine Letalleur-Sommer, Sorbonne Université Presses, ISBN : 979-10-231-0608-4

Toutes les infos sur le livre en cliquant sur le lien ci-dessous : https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/histoire-moderne-et-contemporaine/mondes-contemporains/les-peintres-de-la-premiere-guerre-mondiale


L’ouvrage sera disponible en librairie à partir du 2 septembre 2024.

Séminaire W19 Nineteenth-century Worlds

W19 – DROIT PÉNAL ET INCARCÉRATION

Le séminaire Nineteenth-Century Worlds (W19) accueille des chercheuses et chercheurs spécialistes d’histoire du XIXe siècle. Il s’intéresse en particulier à la circulation des personnes, des idées, des textes et des savoirs dans le monde anglophone et au-delà, dans une perspective d’histoire globale, transnationale ou impériale.

le 7 juin 2024, de 14h à 16h, Bâtiment Max Weber (W), Salle de séminaire 1, Université Paris Nanterre

Anne Ulentin (University of The Bahamas), « Prison et biopouvoir aux Bahamas au XIXe siècle »

Après l’abolition de l’esclavage en 1834, les autorités coloniales établirent aux Bahamas un système pénitentiaire similaire aux systèmes établis en Europe et aux États-Unis. Ce développement démontre que l’évolution des pratiques pénales aux Bahamas dépendait de la circulation transatlantique de diverses idées et pratiques. Celles-ci visaient à réformer les détenus et, dans ce contexte, l’emprisonnement pénal devint essentiel au fonctionnement de l’État et au maintien de l’ordre public. Tandis que les autorités coloniales adoptent ces réformes et pratiques aux Bahamas, des philosophies racistes et sexistes imprègnent les objectifs de réhabilitation et de rééducation sociale des personnes incarcérées. Les concepts de biopolitique et de biopouvoir forgés par Michel Foucault fournissent un cadre théorique pour analyser les rapports de pouvoir fondés sur la race après la fin de l’esclavage aux Bahamas. Les archives coloniales (rapports coloniaux annuels, correspondance coloniale et archives judiciaires et pénitentiaires) et les journaux et récits contemporains montrent que, si le système juridique et pénal incorpore des caractéristiques « modernes », l’emprisonnement représente également une extension du projet colonial enraciné dans le racisme et la « misogynoire », renforçant les stratégies coloniales de domination et de répression.

Laurence Dubois (Université Paris Nanterre), « “Not guilty by reason of insanity” : la notion de folie criminelle et son incidence sur les institutions carcérales et médicales dans l’Angleterre du XIXe siècle »

La notion de folie criminelle, qui implique une altération, voire une abolition du discernement au moment des faits, est loin d’être un concept purement médical ou psychologique ; elle a une incidence concrète sur le plan juridique, en ce qu’elle peut conduire à une décision d’irresponsabilité pénale à l’issue du procès : « not guilty by reason of insanity », qui deviendra « guilty but insane » à partir du Trial of Lunatics Act de 1883. L’accusé se retrouve alors « détenu au plaisir de Sa Majesté » (« detained until Her Majesty’s pleasure shall be known »), en d’autres termes confiné pour une durée indéfinie dans un lieu qui reste à déterminer. Les enjeux d’un tel verdict sur le plan éthique et humain sont majeurs dans un contexte où la peine capitale est encore en vigueur, même si le nombre de crimes passibles de la peine de mort est réduit à 5 en 1861, contre 220 auparavant, et que les exécutions publiques sont bannies en 1868. Si l’irresponsabilité pénale est partiellement reconnue dans le droit anglais dès la fin du XVIIe siècle, le XIXe siècle marque un tournant en la matière dès le procès Hadfield (1800) et plus encore après l’établissement des règles de M’Naghten par la Chambre des Lords en 1843. La question du traitement des aliénés criminels devient une préoccupation centrale et donne lieu à de nombreux débats, tant dans les tribunaux qu’au Parlement, qui viennent nourrir une législation fournie, notamment les Criminal Lunatics Acts de 1800, 1860 et 1884.

Dans un contexte de réforme profonde des conditions de prise en charge et de traitement des malades mentaux dès les années 1830 (Lunacy Reform movement) qui s’accompagne d’une réflexion de fond sur les modalités et la finalité du système pénitentiaire, cette attention particulière accordée aux aliénés criminels donne lieu au développement d’un système parallèle, symbolisé par la fondation de l’asile de Broadmoor en 1863 et qui se caractérise par une clémence inattendue dans une société victorienne souvent perçue comme fondamentalement répressive.

La séance est accessible à distance. Merci d’écrire à Auréliane Narvaez pour obtenir le lien de connexion.

Colloque 16 & 17 mai, MSH Paris Nord : 20 Years of Olympic Cities and Cultural Policy, 2012-2032 Comparative Perspectives

On the occasion of the 2024 Olympic and Paralympic Games, which will be held mainly in Plaine Commune and Paris, this international conference will adopt a comparative approach to look at how the interaction between culture and the Olympic Games has evolved over the last twenty years. It will focus on cultural programming, public art commissions, the links between development and heritage enhancement, and community participation. What is the nature and legacy of the transformations that these major events imprint on an urban area? Looking at London 2012 as the moment when the Games turned a corner on sustainability, culture, art and heritage, the conference will look at how these aspects have evolved up to Paris 2024, as well as for future editions.

/https://www.mshparisnord.fr/event/colloque-20-ans-de-villes-olympiques-et-politiques-culturelles/2024-05-16/

Jeudi 16 mai – Amphithéâtre de la MSH Paris Nord

10h15              Ouverture et présentation du territoire : Vanessa Castejon, Vice-présidente du Conseil d’administration Sorbonne Paris Nord

Introduction : Cécile Doustaly, CY Cergy Paris et Charlotte Gould, Paris Nanterre

10h45-11h30 Keynote John Gold, UCL & Oxford Brookes University et Margaret Gold, London Metropolitan University : Urban Agendas, Olympic Agendas and Narratives of Change

11h30-13h00 Session 1

Sustainable Cultural Policies in Context / Politiques culturelles durables en contexte

Présidence de séance :  Cécile Doustaly, CY Cergy Paris

  • Kyle Rich, Brock University, Ontario, Canada, Regional cultural policy, sustainable sports development, and Olympic legacy: A critical policy analysis of the 2010 Olympic Games in the province of British Columbia
  • Abdallah Jreij, Architecte, urbaniste et doctorant, Politecnico di Milano, Italie, Contextualizing the Environmental Sustainability of Developments within Winter Olympic Games. The Case of Milano Cortina 2026
  • Krista Adams, Maire adjointe, municipalité de Brisbane. Intervention vidéo introduite par Vanessa Castejon : Brisbane 2032: challenges and opportunities

13h-13h45 : Déjeuner buffet

13h45 : Café et présentation des posters des doctorant.e.s, Matheus Viegas Ferrari (co-tutelle Université Paris 8/Universidade Federal da Bahia, Brésil), Alexia Gignon (Université Gustave Eiffel), Céleste d’Ercoli (Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara, Italie), Dia Le (doctorante RMIT Melbourne accueillie au laboratoire Pléiade Sorbonne Paris Nord)

14h30-15h15 Keynote Alberto Duman, artiste et enseignant-chercheur, Middlesex University, Haunting the Future City: Anticipation and Aftermath in the Shadows of the Mega Event in London and Paris

15h15-16h45 Session 2

Cultural Diversity, Multiculturalism & the Olympics / Diversité culturelle, multiculturalisme et les Olympiades

Présidence de séance : Bradley Smith, Paris Nanterre

  • Stéphane Sadoux, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Counter-mapping Hackney Wick. Documenting the impact of the Olympics on the London Acid Techno scene through oral history
  • Quoc-Dung Dang, Sorbonne Nouvelle, Multicultural Branding in London’s 2012 Olympic Bid: Leveraging Ethno-cultural Diversity Amidst Criticism
  • Elodie Bordat-Chauvin, Institut d’Études Européennes, Université Paris 8, Cantate#2024, Celebrating the “World-District’s” intangible heritage through songs

Vendredi 17 mai – Auditorium de la MSH Paris Nord

10h15 : Introduction de la journée : Vanessa Castejon, Sorbonne Paris Nord, Cécile Doustaly, CY Cergy Paris, et Charlotte Gould, Paris Nanterre

10h30-11h15 Keynote Beatriz Garcia, University of Liverpool, Les Olympiades Culturelles et l’évaluation, 2012-2024

11h15-12h45 Session 3

Paris 2024, Dynamiques territoriales et politiques culturelles / Paris 2024, Territorial Dynamics and Cultural Policy

Présidence de séance :  Corinne Luxembourg,Sorbonne Paris Nord

  • Maria Elena Buslacchi, Université Aix-Marseille, Horizon JO 2024 : comment la perspective d’un méga-événement transforme la gouvernance de la culture à l’échelle territoriale. Image et culture maritime à Marseille
  • Alexia Gignon, Marie Delaplace et Pierre-Olaf Schut, Université Gustave Eiffel, L’Olympiade Culturelle 2024 : relation entre les acteurs et enjeux de la labellisation
  • Marine Cordier, Paris Nanterre, et Magali Sizorn, Université de Rouen, L’Olympiade Culturelle des Jeux de Paris 2024, un levier de la participation des populations ?

12h45-14h00 : Déjeuner buffet

14h00-16h30  Session 4 En partenariat avec Plaine Commune

Paris 2024, création et patrimoines : perspectives des acteurs / Paris 2024, Art and Heritage: Actors’ Perspectives

14h00-15h00 Table ronde 1 – Politiques culturelles et patrimoines / Cultural Policies and Heritage

Animation : Vanessa Castejon et Charlotte Gould

–        Philippe Vergain, conservateur, chargé de mission Inventaire Général du Patrimoine Culturel (archives du sport et projet ECROS, European Cultural Route Of Sport), Ministère de la Culture

        Léa Marie, Cheffe de projet démarche artistique à la SOLIDEO, en charge du parcours artistique Courant Fertiles

        Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, projet Le Prisme à Bobigny

15h00-16h30

Table ronde 2 – Territoires, arts vivants et olympiades culturelles / Territories, Live Arts and Cultural Olympiads

Animation : Cécile Doustaly

  • Carole Spada, Directrice régionale adjointe des affaires culturelles d’Ile-de-France, Ministère de la Culture
  • Jérémie Desjardins, Chef de projet « Olympiade culturelle » JOP 2024, Service culture, art, territoire – Direction de la culture, du patrimoine, du sport et des loisirs, Conseil Départemental de la Seine Saint Denis
  • Marie-Paule Delong, Responsable du service Stratégie Culturelle, Direction de la stratégie culturelle, du patrimoine et du tourisme, Plaine Commune
  • Adeline Préaud, Responsable de l’action culturelle et des relations avec les publics, Académie Fratellini
  • Ricardo Esteban, Directeur général, L’Odyssée

16h30-17h00              Conclusions du colloque

17h00                         Apéritif au rez-de-jardin

Béatrice Robic : Another bumpy road to emancipation: the plight of children juggling school and work in England between 1870 and 1914

 

Béatrice Robic : Another bumpy road to emancipation: the plight of children juggling school and work in England between 1870 and 1914

mercredi 24 avril 2024 – 17h-19H

Séance en ligne, merci de vous inscrire en cliquant sur ce lien

Le discutant sera Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle)

Abstract

In late nineteenth century and early twentieth century England and Wales, the slow but irresistible spread of universal elementary education up to the age of fourteen posed a serious challenge to many employers and working-class households. This indeed was a moment when the demand for and supply of child workers were strong in all the sectors of the economy. In fact, so imperious was the call of labour in some trades and places that, in order to cushion the blow, special dispensations were granted by the State from the outset, allowing parents to withdraw their children from school for good long before they had completed their education journey. Most early school-leavers then would enter the labour market as full-time workers. Moreover, throughout the period under study, it remained legal to employ schoolchildren, either out of school hours, regardless of their age, or during half of a school’s yearly sessions, under what was known as the “half-time system”, provided certain conditions were met.

In this paper, I will focus on part-time child labour. I will examine its main characteristics, explore changes in its regulation and extent, and look into its effects on children’s health and education. I will argue that, contrary to what has sometimes been suggested in the historiography, to combine work and schooling was not in the children’s best interests. My findings indicate that it often entailed a lot of suffering, and could undermine working-class children’s chances to escape the child labour trap. Finally, as both the half-time system and out-of-school work were well-entrenched practices in some quarters by 1870, I will discuss whether the condition of schoolchildren engaged in part-time work tended to improve or deteriorate after that date.

Biographies

Béatrice Robic est actuellement maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris Nanterre.
Sa recherche porte sur le travail des enfants en Grande-Bretagne au cours du long dix-neuvième siècle. Elle s’intéresse particulièrement aux interactions entre l’histoire du travail des enfants et celle de l’éducation, de l’économie et du genre.
Fin 2022, elle a soutenu une thèse en histoire contemporaine à Sorbonne Université qui cherche à comprendre le lent recul du travail des enfants outre-Manche. Sa thèse a été écrite en anglais et elle s’intitule : ‘Where Are the Children?’ The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914).

Yann Béliard est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur l’histoire du monde ouvrier britannique.

PARUTION Les carnets asilaires. James Frame : une figure oubliée de la psychothérapie institutionnelle écossaise

A l’occasion de la parution de l’ouvrage  Les carnets asilaires. James Frame : une figure oubliée de la psychothérapie institutionnelle écossaise, une rencontre avec les auteurs est organisée à la Librairie l’Atelier, 2 bis rue du Jourdain, 75020 PARIS , mercredi 27 mars à 19h30

Les carnets asilaires : James Frame : une figure oubliée de la psychothérapie institutionnelle écossaise – Rencontre avec David F.Allen, Laurence Dubois et Patricia Janody [éditions Nouvelles du Champs Lacanien] – Nos rendez-vous – Librest.com

Séminaire “Aliénation/Emancipation” mercredi 13 mars 2024, 17h-19h

Claire Wrobel (Université Paris-Panthéon-Assas) vient nous parler de son nouvel ouvrage Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre : 1764-1842.

Sa discutante sera Emmanuelle de Champs (CY Cergy Paris Université)

Pour vous inscrire, merci de suivre le lien suivant

Résumé

Le ressort narratif de l’enfermement et de l’évasion est récurrent dans le roman anglais du XVIIIe siècle. Les tropes mis en place dès le Castle of Otranto (1764), de Horace Walpole, incluent entre ces deux pôles des scènes de poursuite réécrites et développées par la suite. Le roman gothique s’est également montré particulièrement perméable à l’« escapologie » du discours des Lumières, dans lequel l’émancipation était un « mot-clé » (Roy Porter 2000), fournissant en retour de nombreuses métaphores et mises en fiction. Son substrat idéologique peut en ce sens être lu en lien avec une historiographie Whig selon laquelle l’Angleterre du XVIIIe siècle était libérée d’un passé marqué par la prédominance de la « souveraineté » telle que Michel Foucault décrit ce modèle de pouvoir dans Surveiller et punir (1975). Une lecture à contretemps, ou intempestive, du gothique permet de mettre en évidence la tension entre ce modèle et le pouvoir disciplinaire émergent. Cependant la surveillance dans les romans gothiques ne s’exerce pas uniquement au sein d’institutions disciplinaires telles que les monastères, asiles et autres prisons qui abondent par exemple dans Melmoth the Wanderer (1820). Par son aspect insaisissable, elle évoque aussi la « société de contrôle » telle que Gilles Deleuze la définit à partir de 1990. La temporalité complexe du gothique permet ainsi de remettre en question le modèle linéaire selon lequel souveraineté, discipline et contrôle se succèderaient de façon hermétique et d’explorer les « configurations complexes et hétérogènes des manières d’être gouverné » (Olivier Razac 2023). De plus, dans le roman gothique tel que pratiqué par exemple par Ann Radcliffe, l’attention accordée à la place du (dé)chiffrement permet de mettre en perspective la part de mise en récit et d’interprétation qui persiste dans les technologies de surveillance contemporaines. À partir des analyses présentées dans Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842), cette intervention tentera d’esquisser ce que pourrait être une archéologie de la surveillance et de ses représentations culturelles dans une perspective « longue durée », qui mobiliserait et complèterait les outils fournis par les « surveillance studies ». 

« De la religion à l’idéologie : mission, politique et identité » (vendredi 15 mars, 17h-18h30) : Karina Wendling et Nicolas Bourgès

Construction des idéologiesSéminaire interdisciplinaire

Laboratoires CREA (EA 370) et IDEA (EA 2338)

 Vendredi 15 mars 17h00 – 18h30

Salle A 104, Campus Lettres et Sciences Humaines (Nancy)

Organisateurs

Laurence Dubois (Université Paris Nanterre)

Myriam-Isabelle Ducrocq (Université Paris Nanterre)

Stéphane Guy (Université de Lorraine)

Ecem Okan (Université de Lorraine)

« De la religion à l’idéologie: mission, politique et identité (17è – 19è siècles) »

Lien de connexion Teams :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_NTk5OWE3MjAtNjU3Yi00NDE0LWJkYTctMzgyMjc0ZWViMzAw%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%22158716cf-46b9-48ca-8c49-c7bb67e575f3%22%2c%22Oid%22%3a%22102a2d5e-93b0-43f5-a489-017ff0128f3e%22%7d

Nicolas Bourgès (CREA – Université Paris Nanterre)

A comparative approach to three examples of missionary work in 17th– and 18th-century Massachusetts

Missionary work was conducted in the Massachusetts area during the 17th and 18th centuries. Among the figures who were active at that time, John Eliot (1604-1690) became a prominent representative of such undertakings, just like the Mayhew family in Martha’s Vineyard, or John Sergeant (1710-1749) with the Housatonics. They published texts which reveal their conception of Native Americans from a religious and social perpsective, as those missionaries tried to convert as many individuals as possible while insisting on the importance of education and linguistic transmission. Their accounts – the Eliot Tracts (1643-1671), Experience Mayhew’s Indian Converts; or, Some Account of the Lives and Dying Speeches of a Considerable Number of the Christianized Indians of Martha’s Vineyard (1727), as well as excerpts from journals and letters  will be used to analyse the methods and arguments used by the missionaries, and assess the impact they had on the Native Americans they were in contact with.

Nicolas Bourgès is senior lecturer in British history at the University of Paris Nanterre. His research focuses on the history of religious and aesthetic ideas in the 17th and 18th centuries. He is currently working with Julie VanParys-Rotondi, from the University of Clermont Auvergne, on a project called “Rethinking Devotional Works and Practices in the British Isles (16th-18th c.),” which will lead to a one-day symposium at Clermont in April 2024, followed by a two-day conference at Nanterre in April 2025.

Karina Wendling (IDEA – Université de Lorraine)

Former des citoyens éclairés: rivalités idéologiques autour de la Bible à l’école en Haïti et en Irlande au tournant du XVIIIe siècle

À première vue, Haïti et l’Irlande ont peu de points communs, si ce n’est d’être des îles de l’espace transatlantique avec une longue histoire de résistance contre les puissances coloniales et de lutte pour leur émancipation à l’ère des révolutions. D’une part, bien qu’à Haïti l’insurrection des esclaves ait aboutie à l’indépendance, la nouvelle nation se divise entre la république de Pétion et la monarchie de Henri Christophe. Chaque état fait face au défi de définir son identité et son modèle politique, pour lequel l’éducation des citoyens se révèle cruciale. D’autre part, après l’échec de la révolution irlandaise en 1798 et le maintien des dernières lois pénales à l’égard des catholiques, les demandes d’émancipation s’accentuent en Irlande. Elles s’accompagnent de nouvelles préoccupations à l’égard de l’éducation des Irlandais, ce d’autant plus que le nationalisme se catholicise. Par une approche comparée entre le Royaume d’Haïti et l’Irlande, nous verrons comment la question de la Bible à l’école cristallise les rivalités politiques et religieuses entre nations et empires.

Karina Bénazech Wendling est Maîtresse de conférences en LEA à l’Université de Lorraine. Docteure de l’École Pratique des Hautes Études (PSL), elle est spécialiste de l’histoire religieuse et politique de l’Irlande. Sa recherche porte principalement sur le rôle de l’éducation dans les relations entre religion et identité nationale, et s’étend actuellement à Haiti et à l’espace transatlantique. Elle prépare deux ouvrages tirés de sa thèse sur l’Irlande du premier XIXe siècle: Converting Ireland: Religious education, language and colonialism à paraître chez Manchester University Press et Education, Bible et Soupérisme, 1800-1853 aux Editions Honoré Champion. Elle dirige également un ouvrage collectif d’histoire et anthropologie religieuse sur les convergences entre évangéliques et catholiques au sein de la Droite chrétienne contemporaine.

Conférence de Robert Poole

mercredi 6 mars 2024 de 17h à 19h, Amphi Robert Merle, Bâtiment Ida Maier, UFR LCE, Université Paris Nanterre

‘Telling stories about the past: book, film, graphic novel’

Narratives – stories – are much talked about in public discourse at the moment. Historians are always told to do analysis, but History (as the name shows) is also all about stories. We have to identify and study them, of course, but we also have to tell them. This talk takes as its subject the ‘Peterloo massacre’ of 1819 in Manchester, a landmark event in the development of British democracy. It looks at three different ways of telling the story: an academic book, a film, and a graphic novel. What are the advantages and disadvantages of each? Is narrative as valid as analysis when it comes to telling the truth about the past?

 

Robert Poole is author of Peterloo: the English Uprising (2019), co-author of the graphic novel Peterloo: Witnesses to a Massacre (2019), and played a small role in advising the film Peterloo (2018), which is available on Amazon Prime. See also the digital reconstruction of Peterloo.

Robert POOLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search